Intériorité

Ami de la vieillesse,

de ta bouche édentée y a-t-il des mots ?

As-tu une parole,

toi le sage, l’expérimenté, l’intériorisé ?

Dans le lisse de tes rides , y a-t-il un dire sur le vivant, l’éprouvé ?

Derrière ton unique paupière, y a-t-il un regard compatissant

pour le chemin chaotique du passant que je suis ?

Sagesse de l’instant pose-moi, emmène-moi

vers le centre immobile

vers la beauté du lien immuable,

vers l’imperceptible conscience.

DSCF0747